Un jour, j’etais agee deja, au hall d’un lieu public, un homme reste venu vers moi.

Un jour, j’etais agee deja, au hall d’un lieu public, un homme reste venu vers moi.

Il s’est fera connaitre et il m’a evoque « Je vous connais avec i  chaque fois.

Tout le monde evoque que vous etiez belle Quand vous etiez jeune, j’suis venu pour vous dire que me concernant je vous trouve plus belle dorenavant que Quand vous etiez petit, j’aimais moins ce visage de jeune femme que celui que vous avez maintenant, devaste. »

Je pense souvent a votre image que je suis seule a voir encore et dont je n’ai jamais parle. Elle est toujours la au meme silence, emerveillante. C’est entre toutes celle qui me plait de moi-meme, celle ou J’me reconnais, ou je m’enchante.

Tres vite dans mes ri?ves il a ete trop tard. A dix-huit annees il est deja trop tard. Entre dix-huit ans et vingt-cinq ans mon visage est parti dans unedirection imprevue. A dix-huit annees j’ai vieilli. Je ne sais nullement si c’est tout un chacun, je n’ai jamais demande. Il semble qu’on m’a parle de votre poussee du temps qui vous frappe quelquefois alors qu’on traverse les ages les plus jeunes, nos plus celebres d’une vie. Ce vieillissement fut brutal. Je l’ai surpris gagner mes traits un a votre, remplacer le rapport qu’il y avait entre eux, faire le regard plus grands, le regard plus triste, la bouche plus definitive, marquer le front de cassures profondes. Au contraire d’en etre effrayee j’ai vu s’operer votre vieillissement du visage avec l’interet que j’aurais pris comme au deroulement d’une lecture. Je savais aussi que je ne me trompais pas, qu’un jour il se ralentirait et qu’il prendrait le file normal. Les mecs qui m’avaient connue a dix-sept annees lors de mon week-end en France ont ete impressionnes di?s qu’ils m’ont revue, deux ans apres, a dix-neuf annees. Ce visage-la, nouveau, je l’ai garde. Cela fut notre visage. Cela a vieilli bien evidemment, mais relativement moins qu’il n’aurait du. J’ai un visage lacere de rides seches et profondes, a la peau cassee. Il ne s’est pas affaisse comme plusieurs visages a traits fins, il a garde analogues contours mais sa matiere est detruite. J’ai votre visage detruit.

Que je vous dise i  nouveau, j’ai quinze annees et demi

C’est le passage d’un bac via le Mekong.

L’image dure pendant toute la traversee du fleuve.

J’ai quinze annees et demi, il n’y a aucun saisons dans votre pays-la, nous sommes dans une saison unique, chaude, monotone, nous sommes dans la longue zone chaude une terre, pas de printemps, aucune renouveau.

J’habite dans une pension d’Etat a Saigon. Je dors et je mange la, dans cette pension, mais je vais en classe au-dehors, au lycee francais. Ma maman, institutrice, veut le secondaire pour sa petite fille. Pour toi c’est le secondaire qu’il faudra. Ce qui etait suffisant pour elle ne l’est plus pour la petite. Le secondaire d’ailleurs une agreable agregation de mathematiques. J’ai i  chaque fois entendu une telle rengaine depuis mes premieres annees d’ecole. Je n’ai jamais imagine que je pourrais echapper a l’agregation de mathematiques, j’etais heureuse en faire esperer. J’ai forcement surpris ma tante Realiser constamment l’avenir de l’ensemble de ses enfants et le sien. Un jour, elle n’a plus ete a meme d’en faire de grandioses pour ses fils, alors cette dernii?re en a fera d’autres, des avenirs de bouts de ficelle, mais ainsi, eux aussi, ils remplissaient leur mission, ils bouchaient le temps devant soi. Je me souviens des cours de comptabilite pour mon petit frere. De l’ecole Universelle, l’ensemble des annees, a tous les niveaux. Il convient rattraper, disait la mere. Ca durait trois semaines, jamais quatre, pas. Jamais. On jetait l’ecole Universelle si on changeait de poste. On recommencait au nouveau. Ma mere a tenu dix annees. Rien n’y a fera. Le petit frere reste devenu un petit comptable a Saigon. L’ecole Violet n’existant nullement a la colonie, nous lui devons le depart du frere aine pour la France. Pendant des annees Cela reste reste en France afin d’effectuer l’ecole Violet. Cela ne l’a gui?re faite. Ma mere ne devait nullement etre dupe. Neanmoins, elle n’avait jamais le choix, il fallait separer votre gamin des deux autres bambins. Pendant deux annees il n’a plus fait partie une famille. C’est en le absence que J’ai mere a pris la concession. Terrible aventure, mais pour nous nos enfants qui restaient, moins terrible que n’aurait ete Notre presence de l’assassin des enfants d’une nuit, une nuit du chasseur.

On m’a souvent devoile que c’etait le soleil trop tri?s pendant toute l’enfance. Mais je ne l’ai gui?re cru. On m’a dit aussi que c’etait la reflexion dans laquelle la misere plongeait les bambins. Mais non, votre n’est nullement ca. Les enfants-vieillards d’la faim endemique, oui, mais nous, non, nous n’avions jamais faim, nous etions des bambins blancs, nous avions honte, nous vendions des meubles, mais nous n’avions jamais faim, nous avions un boy et nous mangions, des fois, Il semble bon, des saloperies, des echassiers, des petits caimans, mais ces saloperies etaient cuites par un boy et servies par lui et parfois aussi nous les refusions, nous nous permettions ce luxe de ne pas vouloir manger. Non, Cela reste arrive quelque chose Quand j’ai eu dix-huit ans qui a fera que votre visage a eu lieu. Ca devait se passer la nuit. J’avais peur de moi, j’avais peur de Dieu. Di?s que c’etait le jour, j’avais moins peur et moins grave apparaissait la mort. Mais elle ne me quittait nullement. Je voulais tuer web site de rencontres Г  trois, mon frere aine, j’esperais le tuer, arriver a avoir raison de lui une fois, une seule fois et le voir mourir. C’etait pour enlever de devant ma tante l’objet de le amour, votre gamin, la punir de l’aimer si tri?s, si mal, ainsi, surtout pour sauver notre petit frere, je le croyais aussi, mon petit frere, mon enfant, d’la vie vivante de votre frere aine posee au-dessus une sienne, de ce voile noir via Au moment, de une telle loi representee par lui, edictee par lui, un etre humain, et qui etait une loi animale, ainsi, qui a chaque instant de constamment une vie de votre petit frere faisait la peur dans votre life, peur qui un coup a atteint son c?ur et l’a fera mourir.

Leave a Comment

Your email address will not be published.